Le CNRS en Côte d’Azur : forces et spécificités

 

Le Potentiel scientifique

Sur la Côte d’Azur, le CNRS, premier organisme de recherche du territoire, compte 28 structures de recherche et de service. En leur sein, environ 650 agents permanents (290 chercheurs et 360 ingénieurs et techniciens), auxquels s’ajoutent des personnels non-permanents (de l’ordre de 300 chaque année dont plus de la moitié sont de jeunes chercheurs doctorants et docteurs) œuvrent au service de la recherche. Ainsi, le CNRS assure une présence conséquente et couvre un large spectre de disciplines, en lien étroit avec ses partenaires académiques.

Les sciences de l’univers, avec les observatoires azuréens de Nice (astrophysique, astronomie…) et de Villefranche-sur-Mer (océanographie, géosciences..) forment un grand pôle à visibilité internationale et comptent sept laboratoires ainsi que différents moyens d’observations et d’accès à la mer.

Les sciences du vivant, notamment dans le domaine de la santé (pharmacologie, génétique, biologie cellulaire), mais également aux interfaces de l’agriculture et de l’environnement, sont représentées par trois grands instituts de renommée mondiale.

Les mathématiques et leurs interactions, au travers du laboratoire Jean-Alexandre Dieudonné, ont vu la mise en place de la première chaire d’excellence nationale à Nice.

La physique, les matériaux, les semi-conducteurs, le traitement du signal sont eux aussi solidement ancrés sur le territoire azuréen, permettant la participation des laboratoires de ces domaines à des réseaux d’excellence.

Les sciences et technologie de l’information et de l’ingénierie sont notamment caractérisées par l’existence d’un campus dédié sur Sophia-Antipolis.

Les laboratoires de sciences humaines et sociales (droit, économie, gestion, langage, géographie, sociologie, archéologie…) se fédèrent au sein d’une Maison des Sciences de l’Homme et de la Société.

Enfin, les sciences chimiques se distinguent, au sein d’un institut de chimie à Nice, par des thématiques originales (arômes, parfums, synthèse, molécules bioactives) reconnues internationalement.

Les unités porteuses de ces disciplines mènent des travaux de haute qualité, souvent dans une dynamique interdisciplinaire, assurant un rayonnement de la recherche menée sur la Côte d’Azur aux plans national, européen et international. Elles représentent un potentiel de transfert technologique et de création de valeurs pour le territoire. Elles contribuent à l’enrichissement du dialogue de la science avec la société.

Le paysage de la recherche en Côte d’Azur

Plus de 90 % des unités du CNRS associent un partenaire académique : le plus souvent l’Université Nice Sophia Antipolis mais également l’Université Pierre et Marie Curie, l’Observatoire de la Côte d’Azur, l’INSERM, l’INRA, l’INRIA, l’IRD, Mines PARISTech et l’Université Paris Diderot.

Ces liens forts permettent au CNRS de co-construire les nouvelles connaissances et de dynamiser la recherche et l’innovation sur le territoire.
En termes de politique de site, le CNRS est membre de la communauté d’universités et d’établissements « Université Côte d’Azur » (UCA) et partenaire de l’initiative d’excellence UCAJEDI (Joint, Excellent & Dynamic Initiative). Avec des objectifs d’excellence, de transdisciplinarité et d’attractivité internationale, UCA a pour ambition de créer un nouveau modèle d’université, de renommée mondiale, à travers une forte coopération et synergie entre écoles, universités, organismes de recherche et entreprises. Inscrivant son action dans une grande cohérence territoriale, UCAJEDI vise l’émergence d’une coordination renforcée entre recherche, enseignement et innovation. Le CNRS est un acteur de premier plan de ces évolutions.
Outre le conseil académique, la gouvernance d’UCAJEDI est assurée par le conseil des membres, qui se prononce sur les orientations et décisions à prendre pour le développement d’Université Côte d’Azur et de son programme IDEX et le conseil d’administration, représentatif et resserré, exerçant un contrôle a posteriori, favorisant l’initiative et la réactivité. Un bureau est constitué autour du président pour la gestion et la direction globale du programme IDEX. Le CNRS, représenté par la délégation régionale ou le DSR, participe pleinement à la vie et aux décisions de ces instances.

La délégation Côte d’Azur travaille étroitement avec les services de l’État en région et les collectivités territoriales, notamment :

• La délégation régionale à la recherche et à la technologie du ministère
• Le rectorat
• Les préfectures
• Le Conseil régional PACA
• Les Conseils départementaux des Alpes Maritimes et du Var
• Les Communautés d’Agglomérations (Métropole Nice Côte d’Azur, Sophia Antipolis, Toulon
Provence Méditerranée)
• La Chambre de commerce et d’industrie de Nice